• Rédaction réaliste en français.

    Afficher l'image d'origine

    Il est là. Il regarde dans le vide, aspiré par un intérêt extrême pour ce qu'il regarde, parce qu'il fixe, inlassablement, comme si une chose le retenait là, comme si un diamant était caché dans cette maison. Dans la rue, les passants le regardent, se moque, ses poses des questions et pourquoi il est là ? Pourquoi est-ce qu'il semble être une statue de cire à la tête vide ? Il observe, il fixe, il attend, il semble fatigué, il a des cernes autour de ses yeux magnifiquement bleus, la pâleur maladive de sa peau est presque alarmante. Il est dans la rue Crémieux, en plein Paris, ces maisons parcourues de couleurs flamboyantes. Il attend, ses mains dans les poches de son pantalon de costume, son nœud de cravate est maladroitement fait, ses doigts sont crispés dans ses poches, il gratte le fond, maladivement. Dans sa tête se joue un concert, il ne veut pas craquer. Trop têtu, trop impulsif, beaucoup trop tout. Expressif, possessif, un brin fou. La folie, oui, elle fait partie entière de lui, il ne sait pas d'où elle sort, mais sa chemise tâchée de peinture montre son engouement, montre sa folie imaginative qu'il cache sous des airs trop sérieux. Les murs des maisons sont pâles, bleus, roses, jaunes et c'est comme s'il les avait peints. Mais il attend, inlassablement, se faisant parfois bousculer par des riverains inquiets. Les maisons semblent abritées des poupées, des maisons pour jouets, des maisons remplies de rêveries d'enfants en bas-âges, des maisons sans doutes qui emprisonnent des âmes terrorisée. Parce que tout paraît vide et lui paraît creux. Ses membres tremblent, le froid fait hérisser les cheveux sur son cou, ses cheveux sont blonds comme les blés, ses yeux océans finissent par regarder le sol, juste rapidement et ensuite, ils se reportent encore sur cette maison, la bleue, celle qui a l'air en vie, n'abritant pas de fantôme malfaisant. Parce qu'il y croit, ce jeune homme aux traits tirés. Les poches sous ses yeux sont immenses, ses cheveux sont courts, ses vêtements trop amples, ses yeux trop vides, ils sont presque dénués d'âme, ils semblent voir flous, alors que non, il fixe juste cette fenêtre. Pourquoi le fait-il ? Pourquoi est-il si stoïque ? Cette question tourne autour de sa tête comme une auréole d'ange. Ses yeux si bleus semblent si tristes, si désespérés, il a peur, mais peur de quoi ? Il est incertain, mais pourquoi ? Le pavé semble brillant, la pluie se déchaîne, elle est soudaine, elle est inattendue et lui, il attend, encore et encore. 


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 29 Janvier 2016 à 18:04

    C'est un très beau texte, lorsque qu'on commence à la lire, on ne peut plus s'arrêter parce qu'on a envie de savoir pourquoi ce jeune est là à regarder cette maison. Alors on lit jusqu'à la fin et là, on ne sait pas. :') Y aura-t-il une suite ? C'est très frustrant ^^ mais c'est une frustration très bien amenée je trouve.

    (fait attention au pluriel dans ton écriture ^^)

    Bravo ♪

      • Samedi 30 Janvier 2016 à 20:32

        C'était une rédaction que je devait faire pour mon cours de français :3 donc, non, je ne pense pas qu'il y aura une suite ! mais merci beaucoup :3 je ferrais attention.

    2
    Samedi 30 Janvier 2016 à 19:58

    Je sais pas comment l'expliquer, mais j'adore ce genre d'écriture. Ton style d'écriture. Le trop pleins de détails, qu'est-ce que j'aime ça c'est un truc de fifou

    Je ne peux que t'encourager à écrire, encore et encore. Y'a des talents qui ne méritent pas d'être gâchés.

      • Samedi 30 Janvier 2016 à 20:38

        Merci beaucoup ! Cette rédaction a été écrite dans le but de la faire paraître comme si elle sortait du réalisme du 19eme siècle, j'espère que j'ai réussi ! Mais globalement j'écris réellement de cette manière donc je suis vraiment heureuse d'avoir reçut des commentaires positifs à ce sujet !

         

        merci beaucoup à toi :3 n'hésite pas à regarder dans les histoires ou les textes pour voir d'autres choses !

      • Dimanche 7 Février 2016 à 15:43

        Je n'hésiterai pas à y jeter un coup d'oeil quand j'en aurai le temps !

    3
    Dimanche 31 Janvier 2016 à 09:14

    Je suis curieuse de connaître le sujet exact !! J'ai vraiment bien aimé. Je n'ai pas réussis à me détacher de ton texte, il fallait que je le lise jusqu'à la fin !

      • Dimanche 31 Janvier 2016 à 12:16

        Le sujet était un peu difficile, enfin, j'ai eu une idée toute suite mais j'aie u un peu de mal à rédiger, j'aurais pu faire plus long mais j'ai abandonner assez vite sarcastic

        En gros, je devait écrire l'incipit d'un roman réaliste à la Balzac et décrire une personne qui fixe une place ou un bâtiment ou qu'importe en semblant attendre quelque chose :3

    4
    Dimanche 31 Janvier 2016 à 14:52

    C'est beau, très beau. J'aimerai tellement écrire comme toi. Ton professeur a due être fière de toi, non? En tout-cas moi j'ai adorée. Et quelques phrases m'on fait penser à du "spoken words", enfin, a un chanteur en particulier... J'espère que tu continueras a écrire, même pour des rédactions de français, car ton style est super! :D

      • Dimanche 31 Janvier 2016 à 16:29

        A vrai dire, je ne sais pas, je ne m'attend pas a avoir plus de dix avec cette rédaction ma professeur est assez sévère et ne m'aime pas vraiment.

         

        Mais merci beaucoup pour tes compliments !

      • Mardi 2 Février 2016 à 19:20

        Ah, c'est dommage. Je le trouve très bien ce texte! De rien! :)

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    5
    Lundi 1er Février 2016 à 14:59
    Résultat, 10/20.
    6
    Samedi 6 Février 2016 à 23:22

    Salut !

     

    Je crois savoir quelque part pourquoi tu as eu 10, en dehors de la sévérité de ton prof. Ton texte est sublime, splendide même. Mais il n'est pas vraiment réaliste à la XIXeme, malgré les efforts de description.

     

    On dirait plus tôt qu'il est tout droit sortie de la période romantique, avec ses interrogations, sa vacuité, ses personnages qui se questionnent et ne se comprennent pas vraiment, le désespoir qu'il y a en chaque être.

     

    Je trouve le romantisme mille fois plus intéressant que le réalisme et ton texte magnifique, avec un côté vraiment subjuguant et sensible.

     

    Cigale

    7
    Lundi 28 Mars 2016 à 18:18

    J'adore clairement ton travail, bravo ! :D

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :